Informez-vous auprès de nos experts

QUITTER LA RÉSIDENCE FAMILIALE DE LA « DIABÉTI-BONNE » FAÇON!

Joe Solowiejczyk, inf. aut., M.S.S., ÉAD, thérapeute familial, atteint de diabète de type 1 depuis 1961.

L’obtention du diplôme d’études secondaires est sans aucun doute l’un des moments les plus excitants dans la vie d’un adolescent. Comme bien d’autres personnes de votre âge, vous quitterez bientôt la résidence familiale pour poursuivre vos études. Cette période de transition est une expérience tout à fait extraordinaire, car, pour la première fois de votre vie, vous devrez apprendre à vous débrouiller par vous-même et à ne compter que sur vous pendant de longues périodes de temps. Comme pour toutes les personnes atteintes de diabète, ce rite de passage signifie également que vous devrez être prêtes à assumer vous-mêmes la prise en charge de la maladie.

Comme vous vous trouverez en terrain inconnu, il est donc très important pour vous et vos parents de penser à la façon de vous préparer adéquatement à la prise en charge du diabète, et ce, avant même de commencer à faire votre valise.

Voici quelques conseils qui faciliteront votre préparation :

  1. Quelques mois avant votre arrivée au campus que vous fréquenterez, communiquez avec le service de santé des étudiants. Essayez de rencontrer le directeur et présentez-vous. Obtenez une lettre de votre médecin spécialisé en diabète qui précise vos antécédents médicaux, afin que ceux-ci puissent être versés à vos dossiers médicaux d’étudiant. En effet, pour que le personnel de l’établissement puisse vous aider, il doit savoir qui vous êtes. Par exemple si vous contractez une mauvaise grippe et que quelqu’un d’autre, un membre du personnel de l’établissement que vous fréquenterez par exemple, doit assumer la prise en charge du diabète parce que vous êtes trop faible pour le faire vous-même.
    Souvenez-vous que vous êtes maintenant aux études, que vous devez être autonome et que l’on s’attend à ce que vous puissiez poser vous-même les gestes nécessaires pour obtenir l’aide dont vous avez besoin. Vous devrez donc vous habituer à vous faire comprendre et à faire valoir vos droits. Le fait de vous y prendre à l’avance, à un moment où vous n’êtes pas soumis à une situation stressante, vous aidera à vous sentir plus à l’aise le moment venu de demander l’aide et le soutien dont vous pourriez avoir besoin. Si le personnel vous connaît, il sera plus facile d’obtenir l’aide dont vous avez besoin, que ce soit pour des médicaments, du matériel pour effectuer une injection intraveineuse ou des fournitures d’urgence pour personnes atteintes de diabète lorsque vous n’en avez plus. Vous pourriez avoir besoin de lui expliquer ce qu’est une urgence diabétique, que ce soit une hypoglycémie légère ou une situation plus grave, et lui décrire les symptômes à surveiller et les traitements les plus appropriés.
  2. Repérez les ressources en matière de diabète qui sont présentes sur le campus que vous fréquenterez. Vous devez donc trouver une pharmacie, vous y rendre. Vous devrez notamment vous assurer qu’elle a dans ses dossiers les ordonnances de vos médicaments et qu’on y offre des bandelettes de tests ou de l’insuline. Même si vous apporterez des fournitures de la maison, il faudra absolument vous assurer que vous pouvez en obtenir si vous en manquez au cours du semestre.
  3. En plus des médecins que le service de santé aux étudiants mettra à votre disposition, tentez, si vous le pouvez, de trouver un médecin spécialiste du diabète ou un endocrinologue qui dessert le campus que vous fréquentez. Vous pourriez vouloir consulter cette personne lorsque vous êtes à l’université et votre médecin habituel lorsque vous êtes à la maison. Dans ce cas également, il est important de rencontrer cette personne à l’avance pour se présenter et se faire connaître, car vous pourriez devoir vous rendre à l’hôpital pour de nombreuses raisons autres que le diabète. En cas d’hospitalisation, vous pouvez demander au médecin de l’hôpital de communiquer avec l’endocrinologue local qui pourra s’occuper de votre cas et s’assurer que la prise en charge du diabète se fait comme il se doit pendant votre séjour à l’hôpital. Si vous n’avez pas pris contact avec un endocrinologue près du campus, assurez-vous que votre médecin habituel détient les droits hospitaliers rattachés à l’hôpital qui dessert le campus que vous fréquentez.
  4. Essayez de rencontrer le conseiller de votre dortoir ou de votre résidence, et vos futurs camarades de chambre, avant le début de la session, et essayez de leur parler du diabète et de ce que vous devez faire au quotidien pour en assumer la prise en charge. Il pourrait être bon de leur parler de situations d’urgence, telles qu’une hypoglycémie légère ou plus grave, en leur décrivant les symptômes et les traitements les plus efficaces et en leur expliquant ce qu’ils doivent faire dans une telle situation. Certaines de ces personnes pourraient même être disposées à apprendre la technique d’administration du glucagon. Vous devez leur expliquer que c’est ce que vous devez faire pour agir de manière responsable envers vous-même et envers les membres de votre entourage et vos amis. Faites preuve de discernement. Vous ne devez effrayer personne, mais il faut vous assurer que deux ou trois personnes de votre dortoir soient au courant que vous êtes atteint de diabète de type 1. L’objectif est d’agir de manière responsable et mettre en place un réseau de soutien qui peut vous venir en aide.
  5. En posant tous ces gestes avant même votre arrivée sur le campus, vous serez libre de vous concentrer sur ce qu’il y a de plus passionnant dans l’expérience que vous vous apprêtez à vivre (les nouveaux horizons, les nouveaux amis, la fête, les activités sportives scolaires, des cours passionnants), puisque vous aurez établi un cadre de travail et une base qui faciliteront votre prise en charge du diabète. Vous pourrez ainsi tirer pleinement profit de votre expérience. Il s’agit de franchir cette étape importante et de prendre votre envol de manière sûre et responsable, tout en ayant la certitude que vous faites les choses correctement.